samedi 30 décembre 2017

La tzigane de Noël et de la rue du soleil

Dimanche matin 24 décembre je préparais la bûche dans ma cuisine puis suis allée discuter avec ma fille Bé dans le salon. J’étais en sarouel, crocs aux pieds, un joli pull long et vert assorti de C & A et, non coiffée, j’avais tiré mes cheveux sur le côté en les attachant sommairement avec un élastique (un genre de couette sur le côté et des mèches sauvages pendant de l’autre côté).
Ma fille et moi entendons de la musique assez forte, de la musique de Noël. Nous nous précipitons à la fenêtre de ma chambre (on pensait qu’il passait un genre de parade dans la rue). On se penche et on voit un tzigane (ou roumain, ou gitan) qui joue de l’accordéon et qui nous regarde, nous adressant un grand sourire. Derrière lui, non loin, une femme (sa femme) et deux enfants en bas âge… On referme la fenêtre puis je me ravise et je me dis qu’on pourrait lui donner une pièce de 2 euros. Bé est d’accord. Elle me dit « tu ne vas pas lui jeter par la fenêtre ». Je dis que non, que je vais descendre. Et j’ouvre la porte et dévale les escaliers telle que je suis, sans manteau. Je me dépêche car le tzigane a commencé à s’éloigner dans la rue. Je les rejoins, donne la pièce à la femme, l’homme continuant à jouer de l’accordéon. Elle me remercie, le monsieur me fait un grand signe de loin et me crie merci, visiblement content. Je dis « merci à vous », et je repars vers mon immeuble. Au moment où j’arrive devant la porte de l’immeuble, une jeune locataire que je ne connais pas arrive à la porte elle aussi, à l’intérieur du hall. Moi je suis à l’extérieur (porte en verre).
Elle ouvre la porte et me tend un sachet. Je la regarde surprise. Et elle me dit : « c’est pour vous ». Surprise de ma part. Puis elle dit : « oh, vous ne faites pas partie des musiciens ? » et elle sort dans la rue pour rattraper le musicien car elle avait dû préparer un petit sac (nourriture ?) pour la famille. Je suis remontée en rigolant et j’ai raconté à Bé que la jeune fille de l’immeuble m’avait prise pour une tzigane. Et c’est vrai que telle que j’étais coiffée et habillée, on aurait pu se méprendre facilement 😃
En tout cas ça nous a bien fait rigoler. Ce n’est pas la première fois qu’on me prend soit pour une jeune beure de passage (quand il y avait eu la marche des beurs en 1983), soit pour une tunisienne (en Tunisie), soit pour une étrangère, … et j’en suis absolument fière. J’ai même eu des amis gitans qui trouvaient que je ressemblais à l’une des leurs. Cela doit remonter à mes origines (tous mes ascendants généalogiques mélangés, certains viennent de très loin même si je ne les ai pas tous nommément identifiés).

Hier 29 décembre, je me rends en ville pour faire quelques achats. Je vais jusque dans le bas de la ville, là où se trouve la rue que j'appelle "rue du soleil" 🌞car il y a de nombreux commerces, bars et restaurants étrangers. Dans cette rue il est possible de trouver de tout, et tous les jours de la semaine. C'est ouvert tout le temps. Que ce soit des épices, de la coriandre fraiche, de la menthe, des raisins secs, amandes, des babouches, des djellabas, de la vaisselle ou des plateaux en cuivre, et il y a toujours des personnes assises sur des chaises sur le trottoir en train de discuter, de fumer, de sourire.
Je passe dans le bar d'un de mes anciens élèves (un très jeune garçon) devenu propriétaire de ce bar. Je lui demande des nouvelles d'un couple de personnes âgées qui ont trouvé la mort dans l'incendie de leur appartement la nuit de Noël. Il m'explique comment cela s'est passé. Un couple vivant dans la précarité, à qui EDF ou Engie a coupé l'électricité (et sans doute le chauffage) il y a plusieurs mois puisqu'ils ne pouvaient plus payer les factures !!! Je suis attristée. Pour Noël, ils ont choisi de s'éclairer avec des bougies. L'une d'elles a dû basculer et mettre le feu au milieu de la nuit. Ils n'en ont pas réchappé. Mon ancien élève me dit que c'étaient vraiment de pauvres gens (des septuagénaires) qui vivaient dans la misère et que sans doute "ils sont mieux là-haut" et il montre le ciel du doigt. Perso, je trouve que c'est triste, d'autant plus que ces pauvres gens ont été abandonnés par leur unique fils.

Je repars du bar et longe la rue pour aller jusqu'à l'appartement qui a pris feu. Là je croise un homme, jeune, qui a l'air d'un ange tellement il a un sourire charismatique. Je l'ai déjà croisé et je sais qu'il distribue des petites choses aux gens, juste par générosité. Il m'aborde. "Vous voulez une boisson ?" dit-il en sortant un petit jus de fruit de son sac. Surprise, je dis "oui, c'est gentil". Puis il me dit, désignant la boulangerie qui se trouve non loin : "Vous voulez qu'on aille vous acheter une baguette de pain ?". Mon étonnement va grandissant. "Non, c'est gentil, mais ça va", j'ajoute avec un grand sourire. "De l'argent, vous voulez de l'argent ?". Là je ris un peu et je dis que non, ça va aller. Puis il s'éloigne. Wow! Est-ce qu'il m'a prise lui aussi pour une roumaine, une récente réfugiée, une tzigane ? Je m'interroge. Je me demande quelle allure j'ai avec mon bonnet sur la tête qui a plus de quatorze ans et qui me fait ressembler à un petit champignon, mon manteau bleu marine qui en a presque autant, ma grosse écharpe de laine violette que j'adore et mes mèches rebelles qui dépassent du bonnet. Je n'avais même pas mis mon sarouel 😊. Pour info ce quartier est celui où vivaient mes parents lorsque je suis née. J'y ai vécu un peu mais pas très longtemps. Par contre, revenue de Paris car ayant perdu son travail à cause de De Gaulle qui avait chassé ses employeurs (l'armée américaine), ma grand-mère maternelle y a vécu de l'âge de soixante ans jusqu'à sa mort, c’est-à-dire pendant près de trente années. J'ai donc eu mille occasions de m'y rendre encore et c'est un quartier que j'aime beaucoup. 🌞

vendredi 29 décembre 2017

Cadeaux de Noël suite

Pour offrir de petits objets tels que des stylos, j'ai fabriqué de petites pochettes en tissu, cartonnées à l'intérieur du tissu sur une face afin d'assurer un peu de rigidité. J'ai opté pour la forme "taie d'oreiller" pour refermer ou ouvrir la pochette. 
J'en avais également fait avec un autre tissu, écru avec de petites étoiles d'or, mais j'ai déjà offert le cadeau et je n'ai pas pris de photo. 








J'ai aussi refait hier deux coussins apaisants pour les yeux. Il paraît que cela peut se réchauffer au micro-ondes (à condition d'avoir un tel four chez soi).


Meilleurs Vœux en couleur pour 2018

Bonne année à tous et à toutes.
Mes cartes artisanales, fabriquées à partir de la duplication de cette aquarelle réalisée spécialement pour cette fin d'année et l'an nouveau 2018, sont d'ores et déjà arrivées  chez leurs destinataires. 
Je souhaite à tous et à toutes santé, prospérité, amour, amitié et d'être heureux. "Be Happy" nous aurait dit Arnaud Desjardins qui l'avait lui-même appris un jour de son maître Swami Prajnanpad. Pour la suite du texte, c'est ici (voir Joyeux Noël sur mon blog d'art postal).

mercredi 27 décembre 2017

Petits cadeaux de Noël faits main - coussins reposants pour les yeux

🎄Pour Noël, afin d'ajouter une petite touche personnelle à mes présents, j'ai réalisé une série de coussins reposants pour les yeux. Ces coussins sont entièrement déhoussables, afin de pouvoir éventuellement laver la housse qui est en contact direct avec les paupières et une partie du visage. J'ai utilisé un tissu très fin et très doux, proche de la soie. A l'intérieur, des housses fermées en doublure de satin ou tissu très souple et fin (j'ai fait avec ce que j'avais à ma disposition) contenant des graines de lin brun et/ou doré et de la bruyère (le tout d'origine "bio"). J'ai réalisé des coussins "hommes" (largeur 9 cm environ et 27 cm de long) et des coussins "femmes" (largeur 9 cm environ et 24 cm de long). Je les ai distingués également en cousant une petite garniture différente selon le sexe (la dentelle blanche pour les femmes, le ruban bleu et motif dentelle pour les hommes). Chaque coussin contient environ 125 g de lin et bruyère pour les femmes, et 150 g pour les hommes. 
J'ai confectionné huit coussins au total. Ils ont été très appréciés 🌝

Les huit coussins

Version homme, version femme

ils sont entièrement déhoussables

dimanche 3 décembre 2017

Pleine lune

Hier soir, pas eu le courage d'aller voir le défilé de Saint-Nicolas. Il faisait bien trop froid. Par contre, j'ai aperçu la lune, pleine, et j'ai pris quelques photos. Mon appareil photo est super mais pas pour ce genre de photo, ou alors il faudrait un pied pour le poser. Qu'importe, cette photo me plaît bien.


Cela me renvoie à une photo que j'avais prise sur un parking d'hypermarché le 4 novembre, soir de pleine lune également. Cette fois je n'avais ni pied, ni appareil photo, seulement mon téléphone portable et j'ai trouvé cela dommage car il y aurait eu une photo superbe à faire.