mercredi 10 juillet 2019

Ceux dont on ne parle pas

Hier je suis allée assister au passage du tour de France cycliste à Nancy, à quelques minutes de l'arrivée finale. Beaucoup d'attente pour moins d'une minute de passage du peloton qui roulait à près de 70 km à l'heure. J'ai fait une petite vidéo dont j'ai extrait une photo de la tête du peloton. Ensuite des voitures qui suivent la course puis quelques retardataires dont hélas on n'entend jamais parler mais qui ne sont pas pour autant moins méritants. 

Le peloton de tête

quelques retardataires méritants tout autant que les coureurs de tête

et encore quelques derniers retardataires que le public a encouragé vivement

dimanche 30 juin 2019

"Ma racine est au fond des bois", Emile Gallé

Je vais poster beaucoup de photos, c'est pour toutes les fois où je ne poste rien. 
Ce matin, en quête de la lampe Daum-Majorelle que je n'ai toujours pas trouvée sur Internet - je cherche son nom, pas à l'acheter ;-) - je suis retournée au musée de l'Ecole de Nancy. Pas de visite de musée puisque je l'ai revisité très récemment, mais je me suis promenée dans le magnifique jardin où l'ombre des arbres était appréciable par ce nouveau jour de canicule même si on est sortis de la vigilance orange selon la météo. 30 degrés chez moi, 35 degrés à l'extérieur (mais sans doute plus car il fait vraiment chaud si l'on marche au soleil sur les trottoirs de la ville).
Pour la lampe, rien trouvé. Je vais devoir aller faire un tour au musée des beaux-arts ou à l'office de tourisme s'il est ouvert aujourd'hui. 





L'aquarium (qui ne contient plus d'eau)

l'intérieur, vu depuis une vitre extérieure

petit étang qui jouxte l'aquarium

Louis Majorelle 


"Ma racine est au fond des bois" devise d'Emile Gallé







je termine par une note de fraîcheur qui me fait penser à Noël et à la neige bien fraiche

dimanche 26 mai 2019

Fête des mamans, une très belle journée

Grâce aux nouvelles technologies, j'ai eu des messages de tous mes enfants. Ajouté à cela, j'ai reçu, livré par un fleuriste, un magnifique bouquet de ma fille aînée, et de l'un de mes fils qui m'avait invitée à manger, un superbe bouquet de roses multicolores (et des nounours en guimauve au chocolat au lait, miam, miam). Ma fille Bé m'avait fait livrer mon cadeau en avance il y a deux semaines. 
Après le repas - une quiche absolument pas lorraine et bien meilleure que l'originale - nous sommes allés faire une balade dans les bois. Les oiseaux chantaient, il faisait une douce chaleur, et nous avons pu entendre le coucou chanter dans le lointain. C'était un pur bonheur ! 








samedi 11 mai 2019

La valeur des choses

J'ai pris en photo cette reproduction (trop grande pour passer dans mon scanner) d'une peinture de Notre-Dame de Paris qui est dans ma chambre depuis des années. Ma fille Bé me l'avait offerte à l'occasion d'une de nos balades à Paris, rendant visite à Notre-Dame et nous promenant sur les quais de Seine. Aujourd'hui, je lui trouve encore plus de valeur.


samedi 27 avril 2019

Toujours très belle

Ma fille Bé vient de m'envoyer ces deux superbes photos prises ce matin. Mon émotion de joie reste intacte quand je la vois se dresser fièrement, même en photo.



Parallèlement à cela et sans aucun rapport si ce n'est que cela se passe à Paris, j'ai recommencé la lecture de "L'Oeuvre" de Zola, roman que j'avais lu il y a plus de vingt ans et que j'avais aimé sans avoir su à cette époque reconnaître le peintre dont il était question dans le récit. J'avais pensé à Manet, voire Monet, mais mes connaissances en peinture et littérature étaient alors trop ténues pour que je puisse un instant imaginer qu'il pouvait s'agir de Paul Cézanne. En fait, il pourrait s'agir d'un personnage de composition prenant un peu de ces trois peintres même s'il est dit que Cézanne s'est reconnu dans le personnage de fiction et mit aussitôt fin à son amitié avec Emile Zola qui durait depuis les années de lycée à Aix-en-Provence. En tout cas, je me régale avec à la fois le récit, le thème abordé dans cette fiction, et le style d'Emile Zola qui est, tout comme celui de Victor Hugo, d'une grande qualité (richesse des détails, du vocabulaire et de la syntaxe).

dimanche 21 avril 2019

Pâques ou le passage

Les pèlerins d'Emmaüs - Rembrandt

Dans ma religion on ne représente pas le Christ sur la croix puisqu'au matin du 3ème jour de Pâques, "la pierre était roulée et le tombeau était vide". 

Dans le jardin où se trouvait le tombeau [Jean (19:41) : « Or il y avait un jardin au lieu où il avait été crucifié, et dans ce jardin un tombeau neuf »], au matin du troisième jour, Myriam L'a aperçu, Le prenant pour le jardinier (voir un texte que j'ai publié il y a plusieurs années, en milieu d'article).

Plus tard, Il apparaîtra à ses disciples, puis à des pèlerins s'en retournant vers Emmaüs. D'autres apparitions encore avant l'Ascension, avec une promesse faite à tous et à toutes : "Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu'il demeure éternellement avec vous" (Jean, 14:16). 

Ainsi donc, la croix de ma religion met l'accent sur la résurrection et l'Esprit Saint, symbolisé par la colombe qui pend de la croix pour représenter le don de paix et du Saint-Esprit sur la Terre, cette même colombe qui était présente au baptême de Jésus par Jean le Baptiste.

"La croix huguenote est un symbole protestant, originaire du sud de la France, en forme de croix de Malte aux pointes garnies de perles. Des fleurs de lys ou des cœurs s'insèrent entre les branches de la croix à laquelle est suspendue une colombe du Saint-Esprit.
Elle aurait été créée vers 1688, après la révocation de l'édit de Nantes, par un orfèvre nîmois, Maystre.
La croix de Malte est similaire à la croix de Saint-Jean et à celle l'ordre du Saint-Esprit. Les huguenots qui la portaient étaient donc irréprochables aux yeux de la loi, même à l'époque des persécutions des xviie et xviiie siècles. Les différents éléments du symbole ont un sens politique et spirituel et permettaient d'affirmer en même temps la loyauté à l'égard du roi (« mal conseillé ») et de l'État, ainsi qu'une vraie foi évangélique. Louis XIV avait interdit aux protestants tout insigne ; ces derniers, en signe d'insoumission, utilisèrent pour leur croix la croix de Malte fleurdelisée.
La croix est un symbole chrétien renvoyant à la mort du Christ mais surtout à sa victoire sur la mort. Les huit pointes renvoient aux huit Béatitudes (Bible, Évangile selon Matthieu, chapitre 5, versets 3 à 10). Les douze points symbolisent les douze disciples de Jésus-Christ, mais combinés au cercle autour de la croix, ces points représentent la couronne d'épines que Jésus-Christ portait sur la croix.
Entre les bras de la croix sont insérées des fleurs de lys (lesquelles, sur les armoiries de France, représentent la Trinité). Les quatre cœurs représentent les quatre évangiles (de Mathieu, Marc, Luc et Jean, soit les quatre premiers livres du Nouveau Testament). Les quatre lys à trois pétales (soit un total de douze pétales) pourraient aussi représenter les douze apôtres".